Avez-vous oublié « Maréchal Ammar » « Cheikh T7ifa » et « Al3ati » ?

Le paysage audiovisuel et cinématographique ont connus une forte évolution, depuis son apparition en Tunisie, ce secteur a été marqué par l’augmentation des nombre de chaines chaque année et surtout après la révolution, la diversification des plateformes de diffusion télévisuelle, l’apparition des artistes et des réalisateurs ainsi que des nouvelles idées des séries, des films et des documentaires.

Cette évolution n’empêche la mémorisation des certains action audiovisuelle et cinématographique et des stars Tunisiennes des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix du siècle dernier.

Maréchal Ammar 

Personne n’a oublié le célèbre « Maréchal Ammar » qui fait rire tous les Tunisiens, le rôle jouer par Hamda Ben Tijani, ce travail théâtral réalisé par  Ali Ben Ayad. C’est l’une des pièces qui a rencontré beaucoup de succès et jusqu’au ce jour les vidéos de cette pièce sont consultés par les passionnés de la comédie théâtrale. 

hqdefault (1)

Al 3Ati

Dans le feuilleton « Dawwar » réalisée par Abdel Kader Jerbi, on trouve des personnages « Al 3ati », « Sidi Rawyén » qui ne seront pas effacés de la mémoire des Tunisiens.

hqdefault (3) hqdefault (4)

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Cheikh T7ifa (karmek allah) 

La série « Khottab Al Beb » est l’une de production audiovisuelle Tunisienne connue et vue par tous les Tunisien, et surtout le personnage de 3cheikh T7ifa » et ces conneries qui déchirent de rire, aussi les personnages « Hadda », « Fatma », « Sid Amed », « stayech », « Abouda » ,« Si Othman » et tous les autres sont mémoriser par les Tunisiens jusqu’à nos jours.

562431_267855746636115_326005622_n

Des films étrangers tournés en Tunisie

fb

La Tunisie est un pays dont on trouve des lieux magnifiques et séduisants, un patrimoine exceptionnel, des plages, des montagnes et une Sahara et plusieurs autres paysages lumineux qui se considèrent comme une cadre idéale pour le tournage des séries, des spots et des films. En terme mondial la Tunisie attire les grands réalisateurs et artistes.

Parmi les films les plus connus tournés en Tunisie :

La saga star Wars : le réalisateur de ce film a été séduit par le décor des maisons et de Sahara de Sud Tunisien. La saga créée par George Lucas, le tournage se passe dans un décor en plein désert au sud de l Tunisie

.Star_Wars_Episode_I_La_Menace_fantome

Les roses de Matmata : un film réalisé par le réalisateur, monteur et scénariste français d’origine portugaise José Pinheiro en 1986 au Sud Tunisien.

Les_roses_de_matmata

Le Patient anglais (1996) : film de réalisateur, scénariste, producteur et acteur britannique, Anthony Minghella ce film a été tourné aux plusieurs sites de sud de la Tunisie, son histoire commence par  Un avion s’écrase dans le Sahara…

Le_Patient_anglais

 

Siren (2010) : film réalisé en 2010 par le réalisateur Canadien Andrew Hull c’est un réalisateur et directeur artistique, son film Siren tourné en Tunisie, qui  raconte l’histoire d’un couple et leur ami qui sont tombé sur une île ou se trouve une jeune femme attirante perdue…

Siren

Plusieurs films ont été réalisé dans le beau pays la Tunisie, ce pays qui par les traditions spéciales et les beaux paysages séduit les passionnés de cinéma tel que réalisateurs, scénaristes et artistes …

‘’The 48 Hour Film Project, Tunis’’ débarque en Tunisie sous sa deuxième édition 2015.

Après le succès de la première édition ‘’The 48 Hour Film Project, Tunis 2014’’, Artworks Production commence ses préparations pour une deuxième version de son festival de création cinématographique.                                10154486_690104661032421_203016488083415879_n

Un événement qui fait appel à tous les cinéastes, réalisateurs, scénaristes… pour faire preuve de leur créativité et leur persévérance pour réaliser leurs courts métrages en 48h chrono!

Le principe est simple, il s’agit d’écrire, tourner, monter, composer une bande d’annonce originale et remettre un film de 4 à 7 minutes dans un délai de 48 heures après le lancement du concours.

La première édition, qui a eu lieu du 19 au 27 Septembre 2014, a connu la participation de 31 équipes et de 300 techniciens impliqués dans la production. Une expérience assez riche et originale aussi bien que diversifiée grâces aux différents genres de film participants.

d54579f27eeb9f585d8b331d9a5a94bc               images

Pour sa deuxième édition, Artworks Production a choisi les journées du 2 au 10 Octobre 2015 comme date déroulement de l’événement et le 2 Juin 2015 la date d’ouverture de l’inscription à cette deuxième édition.

Une soirée sera également organisée à l’occasion du lancement de ‘’The 48 HFP, Tunis 2015’’ le 09 Juin 2015 au sein de l’Institut Français de Tunis, dont le principal but est expliquer son concept et inviter les réalisateurs et les réalisatrices en herbe à y participer. Une soirée ouverte à tous afin  de faciliter les échanges entre les divers membres professionnels du milieu et les participants.             19

Les attentes de cette nouvelle édition sont en termes d’une expérience plus riche, des participants plus motivés et disposant du sens de créativités, des bon moments de partage et un esprit d’équipe fort.

« L’émergence d’une nouvelle génération de réalisateurs tunisiens »

L’émergence des jeunes cinéastes a été suivie depuis un certain temps par la réalisation d’un nombre important de courts métrages d’une nouvelle version cinématographique, ainsi que l’apparition de jeunes acteurs. Issues, pour la plupart, de l’Institut supérieur des Arts dramatiques de Tunis, ces deux générations de réalisateurs et d’acteurs augurent ainsi le nouveau visage du cinéma tunisien qui a devant lui un bel avenir. C’est tout à fait normal que le cinéma tunisien se renouvelle. Mais les jeunes cinéastes comme les acteurs doivent travailler de leur côté pour s’imposer dans le monde du Septième Art. S’agissant des jeunes acteurs, il est opportun de rappeler que conquérir une place respectable dans le monde du cinéma dépend aussi du rôle qu’on leur attribue, mais aussi du casting et du travail effectué durant le film.

  images (1)

* Quels problèmes peuvent-ils rencontrer?

Le début de toute carrière est certes difficile. Dans le domaine de la réalisation cinématographique, pour se faire une place au soleil, il faut cravacher dur. Il faut, d’abord, trouver un producteur, prêt à financer le premier projet. Cette phase est considérée comme la plus importante au début de la carrière d’un jeune cinéaste. C’est aussi l’étape où le travail du producteur s’avère aussi bénéfique pour le réalisateur. Le producteur doit, en effet, œuvrer pour dénicher les jeunes réalisateurs talentueux. Mais c’est aux cinéastes de prouver leurs capacités et leurs talents.

Akram Moncer, d’un orpailleur d’opportunité à un grand réalisateur et producteur tunisien

Né le 2 avril 1985 à Gabés, Akram Moncer a obtenu, en 2007, son diplôme universitaire en cinéma et audiovisuelle spécialité réalisation et assistanat de l’Institut Supérieur de Arts Multimédia de la Manouba (ISAMM).

10311775_10205274577453988_7954630935128686385_n

Dès lors ce jeune réalisateur, replète en espoir et vitalité, n’a pas cessé d’impressionner et enrichir le marché de production audiovisuelle tunisien par ses travaux. Une carrière de dynamisme qui a commencé, en 2007, avec un film d’école « Maison d’exil / Dar al Ghorba » (scénario et réalisation), projeté aux soirées de courts métrage Tunisien édition 2008.

Les premiers pas se suivaient par un  1er assistant sur trois feuilletons Tunisien. Ainsi metteur en scène sur des spectacles d’ouverture dans des festivals au sud Tunisien.

« La dame du lac » représente le premier film à la vie professionnel d’Akram Moncer, et était sélectionné dans quatre festivals internationaux.  Le succès se poursuivi de jour en jour, Il  a réalisé ensuite l’émission l’artistou 2 diffusée sur Hannibal TV Ramdhon 2011 et en Septembre 2011, il était le réalisateur et cadreur du clip « QUODS » de Lotfi Bouchnak.

Le succès est une affaire conclu pour lui et l’échec ne signifie qu’un simple faux pas.

2012 était la date de fondation de sa propre agence de production audiovisuelle Artworks Production, une supplémente preuve d’espoir et de patience face à des incontournables facteurs et défis dont le marché de production audiovisuelle tunisien souffert.

Une autre date marquante pour Akrem Moncer, c’est l’an 2014 ou ce jeune réalisateur a dévoilé son film « les oiseaux migrateurs », son premier long-métrage  de genre documentaire de 74 minutes.

Dans la même année, Akrem Moncer et avec une idée aussi originale, fait venir la première édition de « 48 Hour Film Project Tunis », un nouveau-né destiné aux amoureux du cinéma et de la production cinématographique.

Et le chemin se poursuivi, avec chaque jour un nouveau espoir, des nouvelles ambitions, des idées de plus en plus créatives, avec chaque fois un grand amour à ce qu’il fait  et une vision différente…c’est le certainement le secret de chaque pas qu’il a fait tout au long de cette carrière

«Le cinéma et l’audiovisuel : perspectives et enjeux des structures»

La production tunisienne est maigre et le nombre de salles de cinéma est à compter aux doigts. Les observateurs estiment que la nature du public a changé par rapport aux années 70 et 80. Ils ajoutent que les étudiants, intéressés auparavant par les films politiques et de nature engagée et qui ont fréquenté les salles de cinéma, ont changé de goût. Les salles de cinéma proposent aujourd’hui des films commerciaux sans contenu et le genre pornographique (interdit aux moins de 16 ans) commence à se répandre dans le but d’attirer le public et de ne pas le perdre au profit des cafés. Ils ferment donc leurs portes.

À ces facteurs s’ajoutent la prolifération des ciné-clubs et l’apparition de chaînes satellitaires spécialisées dans le cinéma. D’après les chiffres officiels, il n’existe pas de salles de cinéma dans dix gouvernorats sur 24. Quant aux producteurs, ils se plaignent du fait que les ciné-clubs piratent les films et violent les droits d’auteurs, ce qui les prive des bénéfices de leurs films. images

Et malgré ça !

La situation du cinéma tunisien n’est pas aussi mauvaise qu’on a tendance à le croire. La Tunisie fait  partie des pionniers de l’Afrique dans ce domaine. Sa production augmente au fil des années, tant au niveau de la qualité que de la quantité. Aujourd’hui, ce pays peut se targuer de faire partie des trois premiers pays qui produisent le plus de films. Les deux autres pays qui déploient assez d’efforts dans ce domaine sont le Maroc et l’Afrique du Sud. Toutefois, il existe un problème de distribution que rencontre la production cinématographique tunisienne, qui est confrontée également à un autre problème de taille lié à l’absence de laboratoires. Ce problème engendre un renchérissement des coûts de la production cinématographique. Toutefois, l’on reste optimiste, puisque le cinéma tunisien ne cesse d’enregistrer des succès sur le continent africain.

D’un deuxième volet, certains cinéastes rencontrent un problème de montage financier. Mais on peut s’estimer heureux, car il existe en Tunisie une possibilité d’acquérir des financements locaux parfois assez consistants pour lancer un projet de réalisation d’un film.

L’audiovisuel est considéré comme  l’un des fondements du secteur de la culture en Tunisie et facteur de développement intégral et occupe une place de choix dans la politique de développement national. Le point 19 du programme présidentiel reflète l’orientation de la Tunisie vers l’investissement, la production, la promotion et l’exportation des industries culturelles et des services, toujours, dans le cadre de l’édification de l’économie du savoir. Ce point a mis en exergue,  le potentiel prometteur de l’audiovisuel et les opportunités qu’il offre en matière de développement de toutes ses activités (production télévisée, documentaires, cinéma, publicité…), de partenariat et d’exportation de ces produits sur les marchés maghrébins, arabes et européens. Les entreprises tunisiennes de l’audiovisuel sont invitées, par la suite, à créer de nouvelles méthodes pour communiquer entre elles, l’objectif étant de produire des contenus plus rentables et les promouvoir à l’étranger dans le cadre de programmes ciblés basés sur les nouvelles technologies. Il est également important de  renforcer la participation du secteur aux salons spécialisés à l’intérieur et à l’extérieur du pays, soulignant l’intérêt qu’accorde la Tunisie au développement du partenariat avec les différents pays et à l’encouragement des créateurs et producteurs tunisiens dans les activités culturelles et audiovisuelles.

Artworks Production arrache sa place !

De sa part, Artwoks Production considère le cinéma comme étant une industrie du spectacle qui nécessite des moyens colossaux pour qu’une œuvre soit largement diffusée. Une industrie où la concurrence est présente et forte, et où la course au meilleur film pour toucher le plus large public a fondé l’essor d’un secteur économique où art et technique se conjuguent pour offrir un spectacle sans cesse renouvelé.

Sachant que les conditions d’une offre diversifiée répondant à des besoins difficilement cernables sont un frein à une alternative cinématographique, Artwoks Production défie toutes les contraintes présentes devant elle et lance son film « Oiseaux migrateurs » en 2014. Un film de genre documentaire de 74 minutes en Full HD produit  en Tunisie par les frères Aymen et Akram Moncer avec une réalisation et scénario à Akram Moncer.

AF

 

L’exil !! Une douleur amère, une exclusion imposée. Ça fait plus que 37 ans que les sahraouis souffrent dans les camps des réfugiés de Tindouf…Tout en luttant contre ce sentiment de refus et d’exclusion, les Sahraouis défendent férocement leurs terres…Ils rêvent d’y rentrer un jour tel que les oiseaux migrateurs retrouvent leurs terres…

images (1)

Les Frères Moncer continuent cette  aventure avec chaque fois un travail surprenant et créatif en termes de production cinématographique et le début avec le film   « Bréka Aziana »  (La dame du lac), de genre doc-fiction lancé en 2009, était un bon point de départ qualifié de  succès.52556834une-dame-jpg

Artworks Production, de jour en jour, profite des nombreuses perspectives de l’industrie de cinématographie et exploite toute enjeu à son faveur pour pouvoir répondre à un public de plus en plus exigent et pour faire face à une concurrence de plus en plus intensive.

 

 

L’ouverture du paysage audiovisuel tunisien

Aujourd’hui, le paysage audiovisuel tunisien s’est enrichi de quelques chaînes privées dont le nombre oscille entre 7 et 12, en fonction des règles, de l’humeur disent ses détracteurs, posées par la structure chargée de régir le secteur (la Haica), l’équivalent de la CSA en France.

Ce fut d‘abord les chaînes ‘’Hannibal’’, ‘’El Hiwar’’, ‘’Nessma TV’’puis ‘’ Ettounssia’’, et ensuite, après la Révolution,  ‘’Ezzitouna’’, ‘’El Jandoubiya’’, ‘’ Tounisna’’, ‘’Telvza TV’’, ‘’El Moutawassat’’, ‘’TNN’’, ‘’First TV’’ et peut-être d’autres dont quelques-unes doivent encore régulariser leur situation.

La radio n’est pas restée en reste et plusieurs stations, essentiellement régionales, fondées par des particuliers, ont vu le jour depuis la Révolution et leur nombre continue de croître.

Sans atteindre les sommets, la qualité technique des programmes, notamment ceux des deux chaînes publiques, s’est améliorée ainsi que leur teneur. On crée, on achète, on reprend, on réadapte…

Bien entendu, la télévision ne présente pas que des émissions à caractère culturel ou éducatif mais aussi des émissions — en direct (‘’live‘’) ou enregistrées — sportives, religieuses, politiques, d’informations, de jeux, d’animation, de variétés, des ‘’talk-shows’’, des documentaires et des reportages de toute nature, des films, des fictions, etc.

La solution, la finalité et l’objectif se confondent dans une même et unique alternative: réaliser des émissions qui retiennent et fidélisent les téléspectateurs. Les voies pour ce faire sont claires : soit se spécialiser dans un secteur : le sport avec ses diverses activités comme aux Etats-Unis, l’information, les variétés, la musique avec tous ses genres, l’histoire, la géographie, la cuisine, les affaires judiciaires, etc. Soit, faute de moyens et surtout faute de ‘’marché’’ assez large pour assurer une audience rentable, comme en Tunisie, devenir une chaîne généraliste qui, comme son nom l’indique, présente des programmes de tous genres susceptibles d’être suivis par l’ensemble de la population et le téléspectateur ’’moyen’’ dans le sens de ‘’commun’’ sans risque d’exclure quiconque. Mais le problème n’est pas résolu pour autant.

Dans le monde du luxe (bijouterie, haute couture, arts), il faut beaucoup d’argent pour réaliser de belles œuvres et encore  moins des chefs-d’œuvre, sauf cas exceptionnel. Cela est encore plus vrai dans le monde de la télévision qui se rapproche de celui du cinéma, grand vorace d’argent frais. Hélas, dans notre pays, la culture ne figure plus, comme au début de l’Indépendance, parmi les priorités, après l’éducation, de l’Etat si tant est que la TV peut être considérée comme un outil de véhiculer et promouvoir la culture ou, soyons francs, un moyen pour les chaînes privées, loin d’être des sociétés de bienfaisance ou de bénévolat, de se ‘’sucrer’’ sur le dos des téléspectateurs et au nom de la culture. Le mécénat et le sponsoring ne sont pas légion en Tunisie.

Aujourd’hui, à part quelques rares grosses sociétés qui veuillent bien subventionner des manifestations ponctuelles ou, fait encore plus rare, quelques concours ou des prix destinés aux lauréats de ces concours, on ne peut que constater et regretter l’absence de prise en charge, fût-elle partielle, de la création artistique dans notre pays.

Reste à résoudre l’équation principale : où trouver les moyens  pour réaliser des émissions captivantes et existe-t-il des critères pour retenir le plus de téléspectateurs ?

Si la réponse à la première question réside dans la recherche de l’argent nécessaire qui, en l’absence de fonds propres, ne se trouve que chez ceux qui ont en : les sociétés commerciales et les banques et en particulier les plus grosses d’entre elles qui ont besoin de faire connaître leurs gammes de produits ou de services pour améliorer leur rentabilité et qui, pour ce faire,  ont recours à une vaste publicité  sur les multiples moyens de ‘’com’’, les médias et en particulier la télévision qui reste le meilleur moyen d’arriver à la clientèle cible en pénétrant sans crier gare dans les foyers et partout où se rassemblent les gens, surtout les jeunes, pour suivre leurs émissions préférées, les cafés en Tunisie. A côté de la TV, il ne faut pas oublier l’internet qui  a commencé à la concurrencer et à  s’imposer comme outil de publicité et même de vente à distance.

Quant aux critères ou paramètres pour boucler une émission capable d’attirer le public, ne  cherchez pas à dresser une liste : tout est permis et souvent au détriment de la qualité.

En vérité, les deux questions sont intimement liées : pour réaliser de bonnes émissions, il faut la plupart du temps un gros budget et de gros moyens techniques. L’inverse est aussi vrai : avec de grosses possibilités, on a plus de chances de faire des programmes intéressants. Les deux faces d’une même pièce.

 

 

The 48 Hour Film Project, de retour en 2015

Le 48 Hour Film Project reviendra à Tunis, probablement à partir du 2 Octobre 2015. Des passionnés de cinéma se mesureront les uns aux autres pour découvrir qui peut faire le meilleur court-métrage en 48h. Le vainqueur participera à la grande finale qui regroupe tous les lauréats internationaux.

10154486_690104661032421_203016488083415879_n

Un festival à ne pas rater!

Le célèbre festival international de courts-métrages The 48 Hour Film Project, c’est un événement unique en son genre, une explosion de créativité, des milliers de rencontres entre amoureux du cinéma et une expérience intense pendant 48 heures ininterrompus.

Le concept du 48h

« The 48 Hour Film Project – Faire un film en 48h » est un concours de court-métrage qui, comme son nom l’indique, se déroule en 48 heures.

Le principe est simple, les participants disposent de deux jours pour écrire, tourner, monter un film qu’ils devront remettre impérativement 48h après le lancement du concours. Pour cela, les équipes devront faire preuve de créativité mais aussi de rapidité et de persévérance pour réaliser leurs courts métrages en 48 heures chrono!

Mais la difficulté ne s’arrête pas là puisqu’un personnage, un objet mais aussi une ligne de dialogue devront être introduits dans les films. Pour ce qui est du genre du film, il sera tiré au sort par chacun des candidats juste avant le début de la compétition.

 

Le déroulement du festival

Les équipes se réunissent  pour découvrir les trois éléments que la production leur impose et tirer au sort le genre de leur film. Ils ont ensuite deux jours pour imaginer, concevoir et réaliser un film…

 

Tirage au sort des thèmes du 48h

Après vérification par la production que les films respectent la charte du « The 48 Hour Film Project», ils sont confiés au jury qui est chargé de la délibération et de la distribution des prix.

Dans cette même période, les courts-métrages réalisés lors de la compétition sont projetés sur grands écrans. C’est lors de ces séances que les spectateurs pourront voter pour leur film préféré. Le film choisi remportera Le Prix du Public.

C’est lors de la cérémonie finale que les prix seront remis. L’équipe qui remporte le Prix du Meilleur Film aura la chance de voir son film diffusé aux Etats-Unis lors de la grande finale internationale. Suite à cela, les 10 meilleurs films internationaux seront diffusés au festival de Cannes.

 

Edition 2014 du The 48 Hour Film Project Tunis

Le challenge s’est annoncé fort et plus de 500 cinéastes et 2000 cinéphiles tunisiens ont participé durant cette première édition qui s’est lancé le 19 septembre et a pris fi­n le 27 septembre 2014.

1533767_799030326806520_4891468540370097899_n

C’était une excellente expérience comme début ! Une première et unique occasion offerte aux jeunes cinéastes tunisiens, pour mettre en avant leurs talents et leurs compétences et passer à une compétition sur le niveau international.

Cette compétition a pour objectif de contribuer à l’évolution de la production et réalisation de courts-métrages et surtout à encourager les réalisateurs et réalisatrices en herbe à se lancer dans l’aventure de la création d’un film.

La Récompense :

Le film vainqueur de cette première édition était le film CHAFFAR de Youssef Ksontini, du genre animal et qui est élu pour représenter la Tunisie dans une compétition internationale.

10989021_1628407807382643_2159967178501463337_n

Ce film était diffusé au Festival Filmapalooza 2015, qui regroupe tous les lauréats internationaux. Suite à cela, les 10 meilleurs films internationaux seront diffusés au festival de Cannes de Short Film Corner.

Artworks production et The 48 Hour Film Project Tunis ont veillé à ce que cette participation se déroule dans les bonnes conditions et ont même offert le billet d’aller et de retour de son lauréat.

Ça ne s’arrête pas là, l’honneur était également aux autres quatre meilleurs films de The 48 Hour Film Project Tunis, et qui ont pu avoir une mâtinée spécial lors du JCC 2014 pour projeter leurs films.

Jeune , créative , dynamique et riche , la programmation du Festival se place sous le signe de la découverte et l’émergence d’un jeune  cinéma tunisien novateur en invitant  les amateurs, confirmés ou simples passionnés à participer et venir fabriquer leurs films.

Le Vidéo Marketing, un levier publicitaire d’avenir

Avoir une vision fantastique pour votre entreprise est grande.Donc il faut essayer de communiquer cette vision à des clients potentiels,des investisseurs et des partenaire.

Quelle est la meilleure façon de le faire? 1406766425_1373750195

Fini les pages de ventes et les affiches textuelles de types trop longues. Ils ont pris un sacré coup de vieux depuis que la vidéo s’est invitée dans le marketing.

Si une image vaut mille mots, imaginez ce que pourrait faire une vidéo!!

Une vidéo explicative vous permet d’introduire rapidement votre entreprise,ce qu’elle fait et dire aux clients et autres pourquoi ils ont besoin de vous.

Il s’agit d’un outil mémorable et rapide permettant d’avoir un impact sur vos cibles marketing et de leur fournir les informations importantes et nécessaires pour prendre une décision d’achat éclairée.

Une efficacité de la vidéo qui se confirme: (Quelques statistiques susceptibles de vous captiver)

– « Une minute de vidéo est l’équivaut de 1.8 millions de mots »

– « Les internautes regardent plus de six milliards d’heures de vidéo sur Youtube, soit presque une heure par personne sur terre »

– « Chaque seconde, ce sont prés de 43000 vidéo qui sont visionnées sur le site de vidéo Youtube soit 1460 milliards des vidéos par an ».

– « 90% des utilisateurs disent que voir une vidéo sur un produit est utile dans le processus de décision d’achat »

– 75% des cadres regarder des vidéos professionnelles sur les sites Web d’entreprises au moins une fois par semaine et que vidéo attire 136 millions visiteurs unique par mois »…

Toutes les perspectives et les indices annonciateurs de changement que représentent la vidéo sur le net et pourtant cet outil reste à peine utilisé par les marques tunisiennes.shocked-smiley-33326281168

Il s’agit d’un outil de communication encore embryonnaire en Tunisie même si la consommation de contenu vidéo en ligne connait un succès fulgurant auprès du public tunisien !

Une demande en l’absence d’offre !!!

GHARBI Dalila

Pourquoi faire un spot vidéo et le faire diffuser sur Internet?

les vidéo sur le net sont toujours des moyens de communication très efficaces pour atteindre des objectifs :

Cognitifs: faire connaitre l’entreprise.

Affectifs: apprécier et aimer la société.

Conatifs: faire agir (acheter ou racheter le produit).

Ces vidéo peuvent avoir divers contenus selon les messages que l’entreprise veut véhiculer cela peut être par exemple  des schémas explicatifs sur les services et les produits de l’entreprise, des interviews d’informations sur l’historique de l’entreprise, les principes, les valeurs…

Cependant, le meilleure moyen pour les fais diffuser reste internet depuis des nombreuses années, Internet est devenu un média de communication incontournable pour toutes entreprises.Il s’agit d’un média de ciblage,de proximité et de réactivité.

Toutes les cibles marketing ou de communication peuvent être atteintes plus facilement sur internet qu’ailleurs.Pour une bonne réussites de votre vidéo,optez pour une durée plus brève et un contenu captif par exemple un message attirant et très bref pour capter l’intention de vos cibles.

La vidéo Marketing est alors une solution moderne,abordable et efficace pour la promotion de vos produits et services, pour la couverture de vos événements, la communication ou encore la formation. Bien utilisée la vidéo peut être transformée en un fort outil commercial, et vous permet également de démarquer les concurrents.

 Gharbi Dalila  images (3)

Mes félicitations.

Le 13 & 14 Févier 2014 , lors de la rencontre des réalisateurs tunisiens , MIGRATING BIRDS , notre Film Documentaire sur le Sahara Occidental , a été projeté et partagé pour la première fois avec le public.

1553080_289115357906546_1612908657_o1540441_289115651239850_1187854542_o1799980_289419957876086_2033058079_o1796006_289115024573246_892309128_o1898436_289419801209435_1562178933_o1912477_289115197906562_98290665_o

Félicitations pour votre initiative d’aborder un sujet « tabou »

Félicitations pour votre volonté à soutenir moralement la lutte d’une peuple , un peuple patriote qui aime son pays

Félicitations pour votre aspiration à aider les Sahraouis à briser les murs de silence et d’ignorance qui paraissent  être imposés sur leur lutte par presque tous les pays arabes …

Félicitations pour un Film qui nous a fait entrer dans la vie des Sahraouis , oublier ce qui se passe autour de nous pour un bout de temps , et partir en voyage

Un film qui a finit en beauté , ou plutôt un film qui redonne de l’espoir !

Félicitations pour une histoire qui parle des réalisations , des expériences humaines , des leçons d’héroïsme, de dignité et de grandeur d’âme

Une conscience que nous avons à apprendre d’eux 

1601248_290531224431626_1427428990_n

Je félicite également MONCER Aymen, le producteur , qui a permis le rayonnement du Film , ainsi toute personne ayant contribué ou participé à sa réalisation

.1401893_289116174573131_779829844_o1898704_289114737906608_483128487_o

1899627_289115924573156_497896258_o1781518_289115901239825_862348219_o

Bravo pour un film qui a réussi à donner une force supplémentaire aux sahraouis et à toute personne qui croit encore en la paix , la justice et l’autonomie des nations :)

Bonne continuation !