Inscription « 48 Hour Film Project» Tunis 2015 premier arrivé, premier servi !

La plus grande compétition de cinéma chronométré du monde, « 48 Hour Film Project » est de retour à Tunis.

Créer un film dans seulement 48 heures c’est le principe de festival international, créé en 2001 aux Etats-Unis ce festival est un concours international de court métrage dont les participants disposent de deux jours après le lancement du concours pour écrire, tourner, monter un film. C’est un concours dans lequel des équipes de cinéastes sont assignées, un personnage, un accessoire, et une ligne de dialogue, et disposera de 48 heures pour créer un court-métrage contenant ces éléments.

48 hour film project

L’édition de cette année fondée sur une base « premier arrivé, premier servi », « une fois l’inscription initiale est terminée, nous accepterons les équipes pour la liste d’attente. Si une équipe inscrite doit abandonner, nous irons à la liste d’attente. S’il ya suffisamment d’intérêt, et nous ne pouvons garantir le temps de théâtre supplémentaire, nous pouvons être en mesure d’ajouter d’autres équipes de la liste. » 48hourfilm/ Tunis

 

48 hour film project Tunis

Qui peut faire le meilleur court-métrage en 48 heures ? 

 Inscrivez-vous ! Les espaces sont limités !

Avez-vous oublié « Maréchal Ammar » « Cheikh T7ifa » et « Al3ati » ?

Le paysage audiovisuel et cinématographique ont connus une forte évolution, depuis son apparition en Tunisie, ce secteur a été marqué par l’augmentation des nombre de chaines chaque année et surtout après la révolution, la diversification des plateformes de diffusion télévisuelle, l’apparition des artistes et des réalisateurs ainsi que des nouvelles idées des séries, des films et des documentaires.

Cette évolution n’empêche la mémorisation des certains action audiovisuelle et cinématographique et des stars Tunisiennes des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix du siècle dernier.

Maréchal Ammar 

Personne n’a oublié le célèbre « Maréchal Ammar » qui fait rire tous les Tunisiens, le rôle jouer par Hamda Ben Tijani, ce travail théâtral réalisé par  Ali Ben Ayad. C’est l’une des pièces qui a rencontré beaucoup de succès et jusqu’au ce jour les vidéos de cette pièce sont consultés par les passionnés de la comédie théâtrale. 

hqdefault (1)

Al 3Ati

Dans le feuilleton « Dawwar » réalisée par Abdel Kader Jerbi, on trouve des personnages « Al 3ati », « Sidi Rawyén » qui ne seront pas effacés de la mémoire des Tunisiens.

hqdefault (3) hqdefault (4)

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Cheikh T7ifa (karmek allah) 

La série « Khottab Al Beb » est l’une de production audiovisuelle Tunisienne connue et vue par tous les Tunisien, et surtout le personnage de 3cheikh T7ifa » et ces conneries qui déchirent de rire, aussi les personnages « Hadda », « Fatma », « Sid Amed », « stayech », « Abouda » ,« Si Othman » et tous les autres sont mémoriser par les Tunisiens jusqu’à nos jours.

562431_267855746636115_326005622_n

Mes félicitations.

Le 13 & 14 Févier 2014 , lors de la rencontre des réalisateurs tunisiens , MIGRATING BIRDS , notre Film Documentaire sur le Sahara Occidental , a été projeté et partagé pour la première fois avec le public.

1553080_289115357906546_1612908657_o1540441_289115651239850_1187854542_o1799980_289419957876086_2033058079_o1796006_289115024573246_892309128_o1898436_289419801209435_1562178933_o1912477_289115197906562_98290665_o

Félicitations pour votre initiative d’aborder un sujet « tabou »

Félicitations pour votre volonté à soutenir moralement la lutte d’une peuple , un peuple patriote qui aime son pays

Félicitations pour votre aspiration à aider les Sahraouis à briser les murs de silence et d’ignorance qui paraissent  être imposés sur leur lutte par presque tous les pays arabes …

Félicitations pour un Film qui nous a fait entrer dans la vie des Sahraouis , oublier ce qui se passe autour de nous pour un bout de temps , et partir en voyage

Un film qui a finit en beauté , ou plutôt un film qui redonne de l’espoir !

Félicitations pour une histoire qui parle des réalisations , des expériences humaines , des leçons d’héroïsme, de dignité et de grandeur d’âme

Une conscience que nous avons à apprendre d’eux 

1601248_290531224431626_1427428990_n

Je félicite également MONCER Aymen, le producteur , qui a permis le rayonnement du Film , ainsi toute personne ayant contribué ou participé à sa réalisation

.1401893_289116174573131_779829844_o1898704_289114737906608_483128487_o

1899627_289115924573156_497896258_o1781518_289115901239825_862348219_o

Bravo pour un film qui a réussi à donner une force supplémentaire aux sahraouis et à toute personne qui croit encore en la paix , la justice et l’autonomie des nations :)

Bonne continuation !

 

 

Le cinéma tunisien

f46fbf7fa7d8d73de9caa166252262c9

 

Malgré les aléas des événements politiques et les difficultés matérielles et structurelles du marché cinématographique tunisien ,on constate , encore , un rayonnement de l’activité cinématographique en Tunisie. Ceci est dû à la production cinématographique qui connaît un rythme croissant , aux plusieurs accords de coproduction internationale qui ont vu le jour notamment avec la France , la Belgique , le Maghreb Arabe etc. De plus , notre pays bénéficiait depuis un bout de temps des projets dans le cadre du programme audiovisuel EUROMED tels que Access pour l’accès au marché à l’ère numérique , DocMed pour la formation des professionnels du documentaire , MedFilm Factory pour la formation des réalisateurs et des producteurs etc. Encore plus , un bon nombre de rencontres et d’événements cinématographiques ont vu le jour notamment les festivals et les journées thématiques différents (tels que JCC Journées Cinématographiques de Carthage , Festival Doc à Tunis , Festival d’Ulysse Films internationaux à Djerba etc.) Il y  a aussi  la création de nouveaux ciné-clubs à travers le pays et des programmes itinérants de projection de films  etc.

« La créativité na manque pas. Elle a permis à des films comme Halfaouine de ‘Ferid Boughdir’ , Le silence du palais de ‘Moufida Tlatli’ , Making off de Nouri Bouzid etc.) »

Source : EUROMED

affiche_silences_du_palaismaking_off_021

Par ailleurs , le cinéma tunisien rencontre un certain nombre de problèmes dont on cite le problème de la distribution.En effet , la Tunisie compte seulement, aujourd’hui 12 salles de cinéma sur tout le territoire , le nombre a passé de 82 en 1987 à 12 (C’est trop peu et insuffisant sachant que selon l’Unesco il faut au minimum 60 salles de cinéma par 1 million d’habitant ) d’où on constate par conséquent l’absence de débouchés pour les œuvres cinématographiques. De plus , il y a le manque de financement des films tunisiens dont la part de subvention du ministère représente environ 35% du budget total des films , d’autres sources de financement ne sont pas faciles à trouver en Tunisie en dehors de l’aide de certains fonds européens, même la télévision tunisienne ne finance ni diffuse les films tunisiens en raison de tarifs d’achat de droits , y a encore le problème de piratage des films et le nombre de spectateurs qui ne cesse de diminuer (…)

Je finis par dire qu’il fallait prendre en compte l’importance de la production cinématographique en Tunisie et notamment de l’influence qui peut avoir sur le tourisme et la consommation culturelle vu qu’il s’agit d’un secteur créateur de richesse et de promotion de l’image du pays ainsi les autres  segments de l’activité économique